Le Roi des Archers

 Ce roman est l’un des derniers ouvrages de René Bazin, publié en 1929. Dans ce roman social, à la fois dramatique et émouvant, Il y décrit, avec réalisme et poésie, les conditions de vie d’alors, dans le milieu ouvrier textile, de la Région du Nord et des Flandres. Les personnages du livre y sont présentés, dans toutes les dimensions de leur être, jusqu’au fond de leur cœur, avec une grande délicatesse.

Le vieil Alfred Demeester, le héros du livre, d’un caractère plutôt bourru, est tisserand à Roubaix et roi des archers, c’est-à-dire champion du tir à l’arc, dans la société sportive locale. Devenu veuf prématurément, il a élevé ses deux filles, comme il a pu. Si la seconde est une institutrice laïque dévouée et sans histoire, l’aînée Adeline en revanche, déshonore le père, car elle a abandonné son mari, ouvrier alcoolique et violent, malade et hospitalisé. Adeline abandonne aussi sa fille Claire, adolescente ardente et innocente, qui sera généreusement recueillie par le roi des archers.

Ce livre raconte, avec précision, le chemin de misère, d’espérance et de réconciliation, de cette famille. C’est une famille, humble et pauvre, mais en même temps, pétrie de fierté et de traditions sociales, ancrées dans cette région frontalière, entre France et Belgique. Procession du Saint Sang de Bruges, concours de tir à l’arc, travail quotidien du tisserand, réunion des hommes à l’estaminet, accès à la propriété et travail à la maison grâce à un vrai patron social, toutes ces scènes sont décrites, avec le talent et l’expérience de l’auteur, qui nous sont bien connus.

Sans tomber dans un moralisme ennuyeux et pesant, l’auteur nous présente le héros de son livre, poursuivant une voie claire et droite : celle de la générosité et du pardon, accordé à sa fille qui l’a pourtant déshonoré ; et, en même temps, celle du refus d’une vaine gloire dans son milieu social et associatif. Malgré son habileté avérée de tireur à l’arc, il refusera d’être sacré « Empereur », titre honorifique du Roi des archers, après 3 années de succès consécutifs. Alfred Demeester a une personnalité d’une grande noblesse. L’auteur excelle dans la mise en valeur de la dimension spirituelle des gens les plus simples.

Le 15 décembre 2011,

Jacques Richou