François Mauriac

Reproduit avec l’autorisation de Monsieur Jean Mauriac

LA VIE ET L’ŒUVRE DE RENÉ BAZIN

René Bazin est né à Angers le 26 décembre 1853. Descendant de Claude Bazin, bourgeois de Paris, de la paroisse de Saint-Jacques du Haut-Pas, qui acheta, en 1678 une charge, nouvellement créée par Louis XIV, et vint s’établir en Anjou, comme « contrôleur des fermes du roi ». Arrière-petit-fils d’un feudiste vendéen, Nicolas Bazin, qui fut, lors du soulèvement de la Vendée, lieu tenant de Stofflet ; fils d’un avocat à la cour d’Angers, devenu ensuite commerçant et industriel ; descendant, du côté maternel, d’un « planteur en chef des forêts du roi », Marin Chéron, à Saint-Germain-en-Laye, dont le fils François, journaliste et auteur dramatique, fut nommé, par Louis XVIII, commissaire du roi près le Théâtre Français. Élève du lycée d’Angers, puis du Petit Séminaire Urbain Mongazon, élève à la Faculté de droit de Paris, où il prit sa licence ; élève à la Faculté catholique d’Angers ; docteur en droit ; chargé du Cours de procédure civile puis de celui de droit criminel; débute dans les lettres par une préface à une nouvelle édition des Considérations sur la France, de Joseph de Maistre ; publie au Correspondant (1880) deux nouvelles en vers ; en 1882 compose une préface pour les Réflexions sur la Révolution française, de Burke ; en 1884, publie Stêphanette, qui avait d’abord paru dans le journal l’Union ; collabore auxDébats, grâce à M. Ludovic Halévy ; alors commence sa brillante carrière et la publication régulière des livres dont nous allons donner la nomenclature ; chevalier de la Légion d’honneur en août 1900 ; élu à l’Académie française, en remplacement d’Ernest Legouvé, le 18 juin 1903 ; reçu par Brunetière, le 28 avril 1904 ; officier de la Légion d’honneur en 1918 ; grand-croix de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand, en 1923, pour avoir, comme écrivain et comme président de la Cor poration des Publicistes chrétiens, rendu les plus grands services à la cause catholique.

A visité tour-à-tour l’Italie, l’Espagne, la Sicile, Constantinople, la Syrie et la Palestine, au moment du voyage de Guillaume II, la Tunisie, l’Angleterre, la Corse, la Belgique, là Hollande, le Canada, les États-Unis, le Spitzberg,l’Algérie.

A épousé Mlle Aline Bricard, le 18 avril 1876. De ce mariage, sont nés huit enfants.

A collaboré à La Revue des Deux-Mondes, au Cor respondant, au Journal des Débats, à l’Illustration, à La Revue bleue, à La Gazette de France, auxLectures pour tous, au Mois littéraire et pittoresque, à la Revue Marne, à laRevue hebdomadaire, au Monde illustré, à la Revue Universelle, au Figaro, auGaulois, à la Croix, à l’Echo de Paris, etc.

Nous empruntons la plupart de ces détails à la notice sur René Bazin publiée, en 1924, par Char les Baussan, aux Éditions Spes.

BIBLIOGRAPHIE

1880-v — Considérations sur la France, de Joseph de Maistre. Préface. (Société Bibliogra phique.) *

— La Fille du Sardinier. Correspondant du 10 août.

1882. — Réflexions sur la Révolution Française, par Ed. Burke. Préface et notes. (Société Bibliographique.)

Siêphanelte, journal l’Union (août-septem bre), en volume en 1884 ; chez Retaux.

Ma Tante Giron. Correspondant, 1886, chez Retaux.

Une tache d’encre. Débats. (Calmann-Lévy.) Couronné par l’Académie française.

Les Noeltet. Correspondant. (Calmann-Lévy en 1890.)

A l’aventure. (Calmann-Lévy.)

La Sarcelle Bleue. Revue des Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

Madame Corentine. Correspondant (Cal mann-Lévy.)

Sicile. (Calmann-Lévy.) Couronné par l’Aca démie en mai 1893.

En Province. Débats. (Calmann-Lévy.)

Les Italiens d’aujourd’hui. (Calmann-Lévy.)

Donatienne. Revue des Deux-Mondes.

Humble amour (nouvelles diverses, Dona tienne dans la première version).

Terre d’Espagne. Revue des Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

Histoire de vingt-quatre sonnettes. Journal de la Jeunesse.

Terre d’Espagne. (Calmann-Lévy.)

Prix Vitet à l’Académie française.

Siêphanelte, journal l’Union (août-septem bre), en volume en 1884 ; chez Retaux.

Ma Tante Giron. Correspondant, 1886, chez Retaux.

Une tache d’encre. Débats. (Calmann-Lévy.) Couronné par l’Académie française.

Les Noeltet. Correspondant. (Calmann-Lévy en 1890.)

A l’aventure. (Calmann-Lévy.)

La Sarcelle Bleue. Revue des Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

Madame Corentine. Correspondant (Cal mann-Lévy.)

Sicile. (Calmann-Lévy.) Couronné par l’Aca démie en mai 1893.

En Province. Débats. (Calmann-Lévy.)

Les Italiens d’aujourd’hui. (Calmann-Lévy.)

Donatienne. Revue des Deux-Mondes.

Humble amour (nouvelles diverses, Dona tienne dans la première version).

Terre d’Espagne. Revue des Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

Histoire de vingt-quatre sonnettes. Journal de la Jeunesse.

Terre d’Espagne. (Calmann-Lévy.)

Prix Vitet à l’Académie française.

la vie et l’œuvre de rené bazin 39

1897. _ De toute son âme. Revue des Deux-Mondes.

 Contes de Bonne Perrelte. (Marne.) 1898. — Histoire de vingt-quatre sonnettes. (Oudin.)

__ 1899. — La Terre qui meurt. Revue des Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

 Croquis de France et d’Orient. (Calmann-

Lévy.)

1900. — Le Guide de l’Empereur. Correspondant. (Calmann-Lévy, en 1901.) ^ 1901. — Les Oberlé. Revue des Deux-Mondes. (Cal-” mann-Lévy.)

 L’Enseigne de vaisseau Paul Henry. Le

Mois. (Marne.)

1902. — La fin de Donatienne. Revue des Deux-

Mondes.

1903. — Donatienne. (Calmann-Lévy.)

1903. — Pages choisies. (Calmann-Lévy.)

 Récits de la plaine et de la montagne. (Cal-

mann-Lévy.)

1904. — Préface pour : Une religieuse réparatrice.

Gaulois.

..— Discours de réception à l’Académie fran çaise. (Calmann-Lévy.)

1905. — L’Isolée. Revue des Deux-Mondes. (Cal-

mann-Lévy^

  • Les Oberlé au théâtre.

  • 1905. — Vie du Duc de Nemours.

1906. — Questions littéraires et sociales. (Calmann-

Lévy.)

1907. — Le Duc de Nemours. (Emile-Paul.)

1907. — Le Blé qui lève. Revue des Deux-Mondes.

(Galmann-Lévy.)

1908. — Mémoires d’une vieille fille. (Calmann-Lévy.)

1909. — Le Mariage de Mademoiselle Gimel. (Cal-

mann-Lévy.)

 La Barrière. Revue des Deux-Mondes.

(Calmann-Lévy.) 1911. — La Douce France. (De Gigord.)

Davidée Birot. Revue hebdomadaire. (Cal mann-Lévy, 1912.)

1913. — Nord-Sud. (Calmann-Lévy.)

1914. — Gingolph l’abandonné. Revue des Deux-

Mondes. (Calmann-Lévy.)

1915. — Récits du temps de la guerre. (Calmann-

Lévy.)

1916. — Aujourd’hui et demain. (Calmann-Lévy.)

 La Campagne française et la guerre. (Eggi-

mann.)

 Notes d’un amateur de couleurs, édition de

luxe. (Marne.)

1917. _ La closerie de Champdolent. Revue des

Deux-Mondes. (Calmann-Lévy.)

1919. — Les Nouveaux Oberlé. Revue des Deux-

Mondes. (Calmann-Lévy.)

1920. — Notes d’un amateur de couleurs. (Calmann-

Lévy.)

-— Charles de Foucauld, explorateur du Maroc, ermite au Sahara. (Pion.)

 La douce France, édition d’après guerre.

(De Gigord.)

1923. — Il était quatre petits enfants. (Calmann-Lévy.)

1924. — Le conte du triolet. (Calmann-Lévy.)

1926. — Baltus le lorrain. Revue des Deux-Mondes.

(Calmann-Lévy.)

 Paysages et pays d’Anjou. (André Bruel, éd.,

Angers.) Illustrations de Ch. Tranchant.

1927. — Fils de l’Église. (De Gigord.)

1928. — Le roi des Archers. Revue des Deux-Mondes.

(Calmann-Lévy.)

1929. — Pie X. (Flammarion.)

1930. — Paysages et pays d’Anjou. (Calmann-Lévy.)

1931. — Magnificat. Revue des Deux-Mondes. (Cal-

mann-Lévy.)